Comment relâcher vos poissons

et les montrer quand même aux amis en les photographiant

Retour page d'accueil

Pour remettre un poisson à l'eau en lui donnant toutes les chances de survivre, il y a façon et façon…

Année après année les poissons deviennent moins nombreux dans les rivières de première catégorie. Pour remédier à cet état de fait il y a bien sûr le réempoissonnement (raisonnable) de la rivière mais aussi, en complément de la gestion effectuée par notre association, il y a une méthode qui est à la portée de chacun : le "No kill", le "Sans tuer" ou "Catch and Release" (attraper et relâcher). Autant de noms qui disent la même chose : relâcher les poissons.
Evidemment, à court comme à long terme, cette pratique est très efficace.
Ceci peut se faire sur n'importe quelle rivière, et pas seulement sur nos parcours "sans tuer" (no kill) où cela est obligatoire. Il suffit de le vouloir et de se dire, par exemple : "aujourd'hui, je relâche tous les poissons maillés que je vais prendre" ou bien "cette saison, je relâche toutes mes poissons de taille inférieure à 30 cm".
De ce fait, un autre pêcheur pourra reprendre (et relâcher à son tour) ces poissons qui pourront se reproduire à nouveau, renforçant ainsi le peuplement des rivières.
Cela peut être votre contribution, certes discrète, mais active et efficace, à la gestion des rivières.

Cependant pour remettre un poisson à l'eau il y a façon et façon.
Pour être vraiment efficace, cette pratique doit être bien maîtrisée. Il ne servirait à rien de relâcher ses poissons s'ils repartaient dans la rivière "le ventre en l'air". Ceci n'est bon ni pour la rivière, ni pour le moral du pêcheur et encore moins pour le poisson.

Pour relâcher un poisson avec le maximum de chances de survie, il suffit de respecter quelques règles très simples :

. Écraser l'ardillon de l'hameçon : cela facilite le ferrage (car l'hameçon pénètre plus facilement), on ne décroche pas plus de poissons, mais il est beaucoup plus facile de l'enlever après la prise.

. Réduire la durée de la bagarre avec le poisson. Lors du combat, le poisson subit une accumulation d'acide lactique qui devient rapidement toxique. L'utilisation de bas de lignes moins fins, par exemple, peut être un bon moyen d'y parvenir.

. Se mouiller les mains avant de saisir le poisson (pour ne pas enlever le mucus qui le recouvre et l'isole des bactéries etc…) et ne pas le serrer trop fort.

. Décrocher le poisson rapidement, si possible en le laissant dans l'eau, et en évitant de lui enlever trop de mucus avec les mains. J'en connais qui font ça d'une main, d'un petit coup sec, dans l'eau et sans même toucher l'animal.

. Réanimer un poisson fatigué, par de lents mouvements d'avant en arrière, le nez maintenu vers l'amont. Ce mouvement accentue temporairement la circulation nécessaire de l'eau au contact des branchies pour en extraire l'oxygène

. Suivre son comportement dans l'eau.

Lorsque vous aurez essayé de relâcher un poisson vous sentirez que cela peut être gratifiant et très "sport".


PS : Juste avant de laisser repartir la prise on peut aussi rapidement <faire une photo>
et même un petit bout de vidéo. Ca fait de sympathiques souvenirs, c'est assez convaincant, ça remplace les justifications du style "il était grand comme ça !" aux inévitables incrédules et jaloux que sont les bons copains dans ce genre de situation et puis ça laisse les gens assez perplexes de voir qu'en plus d'être bon pêcheur vous êtes grand seigneur - vous remettez vos beaux poissons à l'eau. Mais alors à quoi ça sert d'aller à la pêche ?

 

© Simon Najard