La Seine pas très saine

Danger PCB. Les poissons de Seine sont interdits à la consommation et
à la commercialisation par arrêté préfectoral du 30 septembre 2008

Retour page précédente

 

La Seine pas très saine.

Le genre de nouvelles qui ne fait pas vraiment plaisir et qui malheureusement, une fois de plus, souligne que les eaux de la Seine ne sont pas très … saines.

Un arrêté préfectoral vient de sortir le 30 septembre 2008 et interdit la consommation et la commercialisation des poissons pêchés en Seine.
un plan de contrôle (1) de la contamination par les PCB (PolyChloroBiphényles) des produits de la pêche en eau douce susceptibles d'être mis sur le marché en vue de la consommation a été mis en place dans la région de Haute-Normandie depuis le début de l'année 2008. Il concerne des prélèvements effectués dans la Seine sur diverses espèces de poissons ou de crustacés, certaines fortement bio-accumulatrices de PCB et d'autres plus faiblement.

Ce plan ainsi défini a comporté des prélèvements d'espèces telles que la brème, le brochet, la carpe, le gardon, le mulet, la sandre, l'écrevisse.

Les résultats connus à ce jour font état de 61 % de non-conformités sur les poissons analysés, certaines de ces non-conformités mettant en évidence une contamination très supérieure au seuil maximum réglementaire de la somme des PCB et dioxines.

Ces résultats non-conformes concernent à la fois des espèces faiblement bio-accumulatrices et des espèces fortement bio-accumulatrices. Ils confirment les résultats observés en 2007 sur les anguilles adultes de l'estuaire de la Seine qui avaient entraîné la prise d'arrêtés préfectoraux interdisant leur pêche et leur commercialisation.

Quels sont ces serpents qui sifflent sous nos cannes et ces poisons qui engraissent nos poissons ?

Les PCB - plus connus sous le nom de pyralène - sont des contaminants environnementaux liés à l'activité humaine. Leur commercialisation est interdite depuis 1987. On ne les trouve plus aujourd'hui que dans des anciens systèmes clos comme les condensateurs électriques et les transformateurs. Un plan visant à leur élimination est en cours.
Les données récentes des réseaux de suivi nationaux basées sur les analyses de 852 sites mettent en évidence une contamination par les PCB plus forte dans trois bassins : Artois-Picardie, Rhône Méditerranée Corse et Seine-Normandie représentatifs des grands bassins industriels français.

Les PCB n'existent pas à l'état naturel. Ils ont été produits par l'Homme dans les années 30 pour une utilisation notamment dans les transfos électriques, en raison de leur grande stabilité thermique et leurs caractéristiques électriques avant d'être interdits progressivement dans les années 80 au regard de leurs impacts néfastes sur l'environnement et la santé.

Peu solubles dans l'eau et peu biodégradables, les PCB rejetés dans l'environnement se fixent dans le temps sur les matières en suspension et les sédiments des cours d'eau. Ils contaminent ensuite par ingestion la chaîne alimentaire, des crustacés aux poissons dans lesquels ils s'accumulent via les tissus graisseux. L'homme risque alors de se contaminer à son tour par l'ingestion d'aliments pollués.

Si une exposition accidentelle de courte durée aux PCB n'a pas de conséquence grave, une exposition chronique même à faible dose présente divers effets néfastes chez l'animal, notamment des effets cancérogènes. Ils ont d'ailleurs été classés en tant que substances probablement cancérogènes pour l'homme. Les effets chroniques des PCB peuvent être également des dommages du foie, des effets sur la reproduction et sur la croissance.

Une consommation répétée des poissons de la Seine peut donc constituer un risque pour la santé humaine.
La pêche de loisir (c'est-à-dire sans consommation), la baignade et les sports nautiques ne présentent cependant aucun risque sanitaire pour l'homme lorsqu'il n'y a pas ingestion.

(1) Sous l'égide des ministères en charge de l'écologie, de l'énergie, du développement durable et de l'aménagement du territoire, de l'agriculture et de la pêche et de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative, et pour faire suite aux recommandations de l'AFSSA (Agence française de sécurité sanitaire des aliments)

Voir
http://fr.wikipedia.org/wiki/Polychloro-biph%C3%A9nyle
http://www.actu-environnement.com/ae/news/pcb_comite_morizet_fleuve_pollution_poisson_4384.php4

et plus généralement, pour en savoir plus, tapez " PCB ingestion " sur la zone de recherche de sites comme Google.
Bonne lecture


Octobre 2008.

 

© Simon Najard